Litchfield National Park – Novembre 2014

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une visite du Northern Territory ne serait pas complète sans explorer le parc national de Litchfield et ses termitières géantes ou encore ses piscines naturelles au pied de cascades spectaculaires !

Ici les maitres mots sont détente, relaxation et nature ! Nous avons voulu visité ce site qui est, certes moins connu que le parc du Kakadu, mais qui n’est pas moins incontournable !

Litchfield National Park s’étend aujourd’hui sur environ 1500 km2, à l’ouest de la localité de Batchelor, à 100km au sud de Darwin.

Toujours en compagnie de nos amis de route Ariana et Paulo, nous nous sommes perdus au milieu des chutes d’eau, des piscines naturelles, de la forêt, des termitières et des mouches et moustiques lol. Nous avons dormi 3 nuits dans des camps au plus proche de la nature !

Comme Le Litchfield National Park est probablement l’un des endroits le moins menacé par les crocodiles dans le NT, la baignade est autorisé ! La journée c’est donc sous des cascades et eaux limpides, où des trous se sont formés dans la roche couleur rouille, que nous avons nagé, grimpé et sauté à volonté !

Nous avons visité différents sites, tous aussi surprenant les uns que les autres ! Florence Falls, Wangi Falls, Cascades Falls, Tolmer Falls et Buley Falls.

Nous avons pu en faire profiter notre mascotte Molière, Alias Momo, pour faire une petite série de photos en sa compagnie. En nous promenant nous avons également croisé des araignées pas très joli, et aussi d’énormes lézards ! Nous avons vécu au coeur de cette nature sauvage pour se rafraichir durant cette période de fortes chaleurs.

Sur le chemin du retour nous avons fait un stop devant un un champ surréaliste de termitières géantes. La plupart d’entre elles atteignent plus de 2 mètres de haut.

Ces termitières sont bâties par des milliers voire millions de termites avec une orientation nord/sud pour permettre le contrôle de la température à l’intérieur de la termitière, même sous un soleil de plomb. Si vous voyagez dans le Territoire du Nord et/ou Australie Occidentale vous verrez très souvent !

Publicités

Adelaide River – Jumping Crocodiles – Novembre 2014

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’Adelaide River est une rivière qui arrose le Northern Territory. Elle prend sa source dans le Parc National de Lichtifield puis coule vers le nord, passant par la ville du même nom, pour se jetter dans la mer de Timor. Malgré les fortes chaleurs de la région, on vous déconseille de faire trempette dans l’Adelaide, car les crocodiles risqueraient de vous manger…

C’est donc à quelques 100 kilomètres à l’est de Darwin, que nous sommes partis à la rencontre des crocodiles sauteurs du Northern Territory. Et nous ne sommes pas repartis seuls. On a décidé de remettre le couvert et refaire un petit bout de route avec Ariana et Paulo. Comme on dit, plus on est de fou plus on rit. Prochaine étape le «Spectacular Jumping Crocodile» sur le long de l’Adelaide River.

Cette rivière remplie de crocodiles (entre 2 500 et 10 000 crocodiles, pouvant aller jusque 6 mètres de long) va effectivement nous offrir un spectacle spectaculaire !

Pour la modique somme de 35 dollars nous avons pris place à bord d’un bateau très simple. Tellement simple que nous avions quelques doutes quant à l’efficacité des barrières de protection qui nous entourent…Effectivement nous avions du mal à nous imaginer la scène : comment un crocodile peut-il sauter hors de l’eau de tout son corps ? Sera-t-il près ou loin de nous ? Va-t-il toucher le bateau ? etc…

Nous serons une vingtaine à bord du bateau qui va nous conduire à la rencontre des crocodiles des mers, les « salties ».

Nous ne resterons pas sur notre faim bien longtemps, le bateau fait à peine quelques mètres qu’un crocodile arrive déjà près de nous. Durant 1 heure, un guide les appâtera avec des morceaux de viandes afin de les faire sauter hors de l’eau. Le morceau de viande est prêt à être gobé, accroché au bout d’une ligne de canne à pêche, l’appât est suspendu au-dessus des eaux de l’Adelaïde River et sans la moindre hésitation le premier crocodile surgit hors de l’eau, de presque tout son corps, à l’aide de sa puissante queue.

Un spectacle impressionnant puisque cela se passe à seulement à un mètre de nous, mais sans pour autant que l’animal ne vienne se jeter sur la bateau ! En prime nous avons vu « le roi de la rivière » plus connu sous le nom « d’Hannibal ». Un crocodile de 5 mètres, vraiment énorme, massif, directement sorti de la préhistoire. Bref ces bestioles on a pas envie de les caresser !!!

Les crocodiles sont des êtres vivants sur terre depuis le jurassique, ils sont d’une certaine manière des cousins des dinosaures.

Notre retour sera accompagné d’un grand nombre de rapaces qui entourent le bateau en marche vers la terre ferme. Ces rapaces sont habitués à ce rituel journalier et sont en attente des restes de porcs qu’ils attraperont au vol avec leurs griffes acérées.

Darwin et ses alentours – Novembre 2014

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bienvenue à Darwin ! Avec ses 140 000 habitants Darwin reste une petite ville, mais elle est tout de même la capitale du Territoire du Nord (Northern Territory). Et pas n’importe quelle capitale s’il vous plait… C’est la seule capitale tropicale de l’Australie !

Le climat tropical dans lequel baigne Darwin fait son plus grand attrait autant que son principal défaut. Ici, l’année n’est pas divisée en quatre saisons comme dans les zones tempérées dont nous avons l’habitude. Ici l’année est divisée en deux saisons : la saison sèche, le « Dry », et saison humide, le « Wet » .

En ce qui nous concerne nous sommes arrivés durant le mois de Novembre. Ce qui signifie ici le début de la saison des pluies… En effet, en octobre, la chaleur monte d’un cran et les averses deviennent plus fréquentes. La saison humide s’étend de novembre à avril, une période de mousson durant laquelle des pluies diluviennes inondent la région et coupent régulièrement la circulation. Mais le « Wet »  est aussi synonyme de renouveau pour l’écosystème local : rivières et cascades sont rechargées, étanchant la soif d’une végétation quasi déshydratée.

Il règne donc à Darwin une ambiance de détente caractéristique des tropiques. Un monde où la nature passe la 5ème tandis que les humains semblent vivre au ralenti ! Et oui, avec une chaleur intense et extrêmement humide il est tout simplement difficile de vivre… Rien que de faire un pas devant l’autre relève du défi !

Nous avons donc profité de ces chaleurs pour passer nos journées au lagon artificiel ! Et oui, vous avez bien entendu… Si la baignade demeure un loisir populaire à Darwin, chaleur, ciel et eaux bleus oblige, elle est néanmoins fortement déconseillée lors de la saison humide, qui coïncide avec l’apparition de méduses mortelles. Tout au long de l’année, il faudra également se cantonner aux plages sûres, sécurisées et délimitées par des filets car les crocodiles de mer, les « Salties », habitent les côtes tropicales du continent. Quoiqu’il en soit les vagues artificielles du lagon nous ont tout de même permis de nous amuser comme des petits fous !

Pour se rafraichir aussi, rien de tel que la bibliothèque du parlement, « Library Parlement House ». Un magnifique bâtiment où règne le calme et l’air climatisé !!

Le lendemain de notre arrivée nous avons également retrouvé nos deux compères, Paulo et Arianna ! Ce couple de backpackers rencontré dans le WA, et avec qui nous avions fait un bout de chemin ensemble, venait également de poser bagages à Darwin !

Soirées mémorables garanties aux abords de la Mitchell Street, rue renommée pour être comme la rue « la rue de la soif ». On y trouve de nombreux bars et discothèques. Une rue idéale pour faire la fête. Ensemble nous avons également participé à une course de Bernards l’Hermite !! Et devinez quoi ? C’est Alexis qui a gagné 1,25L de bière !

Nous avons également passé de bons moments à East Point. C’est l’endroit où tous les backpackers qui sont à Darwin, et qui voyagent en van, se rendent pour dormir. C’est un petit parc au bord de l’eau avec deux parkings rempli de vans et de backpackers venant de partout.

Une fois la nuit tombée cela commence à s’animer, entre les guitares et autres instruments, c’est un endroit agréable où il est bon de refaire le monde autour d’un verre.

Darwin a la plus forte proportion d’aborigènes de toutes les capitales australiennes. Malheureusement aujourd’hui la plupart d’entre eux qui vivent dans les grandes villes sont à la rues et, majoritairement, alcooliques et drogués… Cependant il nous semblait important d’en découvrir plus sur cette culture touchante ! Par faute de pouvoir se rendre dans une communauté aborigène c’est au Museum and Art Gallery of the Northern Territory de Darwin que nous nous sommes donnés rendez-vous pour en savoir d’avantage sur ce peuple.

Et oui, l’aspect culturel de Darwin se découvre aussi tout au long de l’année dans les salles du MAGNT (entrée gratuite !). En plus d’y voir une des plus belles collections d’art aborigène d’Australie, le musée vous propose d’en savoir d’avantage sur la géologie, le climat, la faune et la flore du Territoire du Nord. L’histoire de Darwin y est également retracée grâce à une salle dédiée au passage du cyclone Tracy. Et n’oublions pas le « Sweetheart » , cet énorme crocodile empaillé qui trône maintenant fièrement dans les couloirs du musée !

En 1974, le cyclone Tracy, sans doute l’intempérie la plus légendaire du pays, frappe le jour de Noël et détruit les trois quarts de la ville. Le cyclone fait une soixantaine de morts, et sur les 43.000 habitants de la ville, plus de 30.000 sont évacués d’urgence des ruines.

Pour finir nous avons arpentés les allées du Parap Market, un marché qui mélange influences indo-asiatiques et australiennes. Les didjeridoos, peintures aborigènes et produits en cuir de crocodile y côtoient les étals des cuisiniers malaysiens, sri lankais ou thaïlandais. Un avant gout de ce qui nous attend en Indonésie !

Katherine et Mataranka – Hots Springs – Novembre 2014

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre arrivée dans le Northern Territory sera marqué par de grosses chaleurs et donc le besoin de se rafraichir ! Heureusement dans cet état, ou plutôt dans ce territoire, nous trouverons des Hots Springs à l’appel ! De vrais petits paradis perdus… 

Le Northern Territory, grand comme 2 fois la France, ne compte seulement que 223 000 habitants ! C’est pour cela que ce territoire ne peut pas être un état. Ce qui le rend moins indépendant. Autrement dit, un territoire dépend directement du Premier Ministre et de la capitale Canberra. Alors qu’un état a à sa tête un Gouverneur.

C’est donc à Katherine, étape obligé sur la route qui nous mènera à Darwin, puis à Mataranka, étape également obligé pour repartir de Darwin direction le Queensland, que nous trouverons ces fameuses Hots Springs. Et ce n’est pas pour nous déplaire ! Mais c’est quoi des Hots Springs nous direz vous ? Ce sont des piscines thermales dont la température se situe entre 25° et 32°, parfait pour se détendre après une longue journée de route.

A 320 km au sud-est de Darwin, Katherine compte 9000 habitants : un chiffre qui fait d’elle la 3ème ville du Territoire du Nord après Darwin et Alice Springs. Mataranka est quant à elle située à environ 106 km au sud-est de Katherine et 423 km de Darwin. Dotée d’un climat tropical, la région de Katherine-Mataranka se prête donc particulièrement bien au jeu des baignades.

La faune et la flore sont bien présents autour de ces Hots Springs. Nous y avons vu d’immenses palmiers, des libellules, araignées, chauves-souris… Et nous étions également sur nos gardes car il est fort possible de croiser des crocodiles. En toute logique il n’y pas d’inquiétude à avoir car ce sont plus précisément des crocodiles d’eau douce « freshwater crocodiles », ou plus simplement « freshies », considérés inoffensifs pour l’homme. Mais ça c’est la théorie… dans la pratique on ne fait pas vraiment les malins. Mieux vaut garder ses distances avec ces bestioles pour n’avoir aucun ennui !