Allô ?! Les enfants vous nous entendez ?

Pour une complète réussite du partage de notre voyage avec les enfants de l’école Molière il est nécessaire d’assurer une continuité pédagogique pour leur offrir le meilleur de cette aventure ! Pour cela un outil est mis à notre disposition : internet !  Et plus particulièrement « Skype ».

En plus de recevoir notre news toutes les semaines, le suivi de projet se fera également par le biais de discussions-vidéo. Cela permettra de nous rapprocher, avec une ambiance est très familiale.

Ainsi le vendredi 04 juillet 2014, nous avons vécu quelque chose hors du commun ! La fin de l’année scolaire approchant, le temps est passé à toute vitesse. Nous n’avions pas encore pu mettre en place la communication Skype que nous espérions avec l’école Molière d’Arras. Mais ce vendredi était pour nous notre dernière chance avant les grandes vacances scolaires. Avec les moyens du bord, nous avons donc mis sur pied ce Skype tant attendu !  C’était pour nous, magique… Les enfants nous ont fait rire, nous ont émus, et nous ont motivés encore plus  !

Pour ce premier Skype des questions simples nous ont été posées. Comme « où êtes vous en ce moment ? Quel temps fait il ? » Mais surtout ce Skype fut rempli de petites surprises des enfants. Ils étaient fiers de nous montrer leurs créations faîtes pour l’occasion : un ornithorynque et un cactus en papier mâchés ! Et pour nous mettre du baume au cœur une récitation de la célèbre chanson paillarde «Dors min ti quinquin !».

Il est très amusant de se voir par vidéo les uns les autres. Lorsque pour nous la nuit tombe, pour les enfants il est l’heure de prendre le repas de midi !

L’implication des élèves et des équipes pédagogique favorise la transmission des valeurs que nous souhaitons partager. Un premier grand merci à Jean-Michel Darlot pour ses idées et son ordinateur. Un second grand merci à la Directrice de l’école, Madame Bloquet, pour son énergie, sa bonne humeur et sa gentillesse. Enfin, un grand merci à toute l’équipe pédagogique, aux institutrices etc… pour leur enthousiasme dans le projet que nous instaurons ensemble ! Le plus important est surtout de remercier les enfants pour leurs surprises, leurs superbes créations et leur inventivité !! 

Au mois de décembre 2014, un second échange vidéo s’est mis en place quelques jours avant Noël. C’était pour nous notre cadeau envoyé par le Père Noël . Cette fois-ci le Skype était encore mieux ficelé que la dernière fois et les questions fusaient. Ainsi différents thèmes ont pu être abordés : la faune et la flore en Australie, les notions d’espace et de temps, l’autonomie du voyageur, les relations sociales, etc…

En plus de découvrir le monde avec nous, ce suivi a pour objectif de favoriser l’ouverture d’esprit, de mettre en avant des notions comme le partage, la réalisations de ces rêves, etc… Le tout en leur expliquant que l’inconnu est souvent bon et qu’il ne faut pas hésiter à le rencontrer.

Ce Skype fut alors encore plus instructif que le premier et nous étions ravis de voir les enfants remplir leurs carnets de bord – Quels sont les animaux présents en Australie ? Kangourous, crocodiles, koalas, tortues… – Suite aux pontes de tortues auxquelles nous avons assistées quelques jours plus tôt aux bords d’une plage, nous avons alors pu échanger sur les différentes tortues qui existent en Australie. Mais aussi sur les différentes saisons, le décalage horaire, l’apprentissage de langue, les rencontres que nous faisons, etc… Cela a également permis aux enfants de prendre la parole au sein d’un groupe, de participer à un dialogue ouvert.

Merci l’institutrice Catherine Romelé pour le suivi régulier par Skype !

Publicités

Retour en enfance – Rencontre avec les p’tits Arrageois

Dans le cadre de notre partenariat avec la mairie d’Arras, et grâce notamment au service Enfance-Jeunnesse-Famille, nous avons la chance d’être suivie par les élèves de l’école Molière d’Arras.

Il nous tenait à cœur de pouvoir transmettre les valeurs de notre association aux plus jeunes. Mais la vérité c’est que nous ne voulions pas voyager tout seuls, loin de nos mamans, alors nous comptons sur vous jeunes écoliers pour nous envoyer votre soutien depuis le Nooord ! Lol 😉

En plus de leur transmettre cette notion de partage, nous voulons leur permettre de découvrir le monde par procuration en nous suivant au quotidien ! C’est donc juste avant notre départ, plus précisément le mercredi 16 avril 2014 que nous nous sommes rendus à l’école élémentaire Molière pour rencontrer les petites bouilles qui nous suivront.

À notre arrivée Madame Rose-Marie Bloquet – Directrice de l’école – nous attendez, ainsi que toute l’équipe pédagogique. Nous avons alors pu rencontrer l’ensemble des enfants, classe par classe, du CP au CM2. Ils étaient nombreux ! Nous avons remis à certains d’entre eux le carnet de bords que nous avons créé afin de leur permettre de nous suivre de manière éducative et ludique.

Les enfants nous ont accueillis comme des rois ! Et oui, la directrice avait déjà bien amorcé la chose, en leur montrant notre petite vidéo. Mais lorsqu’on a entre 6 et 8 ans et que l’on voit des personnes en vidéo, on assimile ça à la TV et la célébrité lol. De ce fait lorsqu’on entrait dans les classes on pouvait entendre des « Ooh c’est Alex et Gwen ! ». On a même eu droit à la chanson « Dors mon p’tit quinquin » et aussi à quelques applaudissements !

S’en est suivi toute une série de questions « vous allez passer par où ? » ; « c’est plus loin que Lens là où vous allez ? » ; « mais vous allez passer par Lens quand même ? »… Puis un atelier artistique s’est mis en place. Nous sommes repartis de l’école les bras chargés de dessins-souvenirs, tous plus originaux les uns que les autres. Beaucoup  d’entre eux ont dessiné leurs maisons, d’autres la Terre, et l’élève qui nous a posé les questions par rapport à la ville de Lens, nous a dessiné la Terre avec le stade Bollaert ! Un fervent supporter ! Lol. Mais c’est alors que l’on s’est rendu compte que lorsque l’on est enfant on ne s’imagine pas le monde dans toute son ampleur. Plus qu’être un fervent supporter, ce petit gars et ses camarades n’avaient alors pas encore idée à quel point le monde est vaste… Nous espérons leur faire découvrir cela !

Ce fut un moment parsemé de rires et d’émotions. Encore un de ces instants que l’on se souviendra toute notre vie et qui nous a fait grandir en quelques minutes –  nous avons pris 10 ans en 10 minutes… Attention les rides, lol – Nous étions surtout très émus et nous espérons que cette présentation fut très intéressante pour les enfants et les équipes encadrante ! Nous tenons à remercier Madame Rose-Marie Bloquet, et l’équipe pédagogique, pour son accueil et sa motivation !

Nous les retrouverons par Skype et échange mails pour la suite de notre aventure…

Visite des Carrières de Wellington avant notre départ

En tant qu’ambassadeurs de notre ville et prévoyant de faire des interventions durant notre voyage ayant pour thème principal : « Arras et le lien qui l’a lie à l’Australie durant la Première Guerre Mondiale », nous avons voulu en savoir plus à ce sujet…

La Première Guerre mondiale éclate en août 1914 et opposa durant cinq ans l’Allemagne et ses alliés aux pays de la Triple Entente (France, Russie, Royaume-Uni et nations du Commonwealth).

Avant notre départ, nous nous sommes rendus aux Carrière de Wellington afin découvrir de plus près cet univers que finalement nous connaissons peu. Et oui… après des années de vie dans la région, nous n’étions toujours pas allé visiter ces célébres carrières !

Mais que sont exactement les Carrières de Wellington ? Comment se déroule la visite ? Qu’est ce qu’on y apprend ?… Et bien, on y apprend beaucoup de choses sur la ville dans laquelle nous vivons et son histoire.

Dès le mois d’octobre 1914, la ligne de front se stabilise sur le territoire du Pays d’Artois. Elle s’étire du nord au sud : de la crête de Vimy à Bapaume en passant par Arras, ville immanquable sur cette zone de conflit.

Arras ne fut pas épargnée par la « folie humaine ». Détruite presque intégralement – chute du beffroi en octobre 1914, incendie de l’abbaye Saint-Vaast en juillet 1915, Arras devient ville martyre et sera rasée à plus de 80 % pendant la Première Guerre mondiale.

À partir de novembre 1916, les Britanniques préparent l’offensive du printemps 1917.  Le principal souci du haut commandement est de concentrer des troupes en grand nombre sans attirer l’attention de l’adversaire. Leur idée de génie : faire relier les carrières d’extraction de craie de la ville d’Arras, pour créer un véritable réseau de casernes souterraines, capables d’accueillir jusqu’à 24 000 soldats.

Le 9 avril 1917, 5h30 (heure anglaise), les 24 000 soldats surgirent de la Carrière Wellington pour livrer la fameuse « Bataille d’Arras », une opération de diversion avant l’attaque du Chemin des Dames. Avant le jour-j, ces soldats vécurent dans les souterrains de la carrière durant des semaines ! Ces lieux étaient agencés pour répondre aux besoins élémentaires des hommes. Cuisines, douches, hôpital, et toilettes précaires ont été construits.

Afin de rendre hommage aux soldats des nations du Commonwealth, ayant participé à la Bataille d’Arras, une cérémonie du souvenir est organisée chaque 9 avril, à 6h30 (heure française) sur le site de la Carrière Wellington.

On peut ressentir en visitant le site, que la Carrière Wellington est un lieu chargé de mémoire et d’émotion qui témoigne de l’intensité et de la férociteé de la Grande Guerre.

Nous accédons donc à ces souterians par un ascenseur vitré qui nous conduira à 20 mètres de profondeur. S’ensuit alors une visite audio-guidée et encadrée par un guide-accompagnateur qui nous expliquera notamment la vie et le quotidien de ces soldats enfermés au coeur des carrières.

Nous serons directement plongés dans l’intimité du site et cela nous fait presque ressentir des émotions vécues par les jeunes gens, tels que nous, qui débarquèrent ici pour la première fois, ayant pour mission de préparer une offensive meutrière. Cet endroit est un lieu authentique où nous nous trouvons en situation « réelle ».

La visite continue et nous améne à la remontée à la surface, dans les pas des soldats, ce qui nous fait vivre le choc de la bataille. La projection d’un film sera un élément qui nous permettra de reconstituter exactement la scène.

Mais vous vous demandez peut-être encore quel est le rapport avec l’Australie et la Nouvelle-Zelande ? Et bien c’est aux tunneliers néo-zélandais que l’on doit en grande partie l’aménagement des vingt-deux kilomètres de cheminements souterrains, d’une carrière à l’autre.

En 1916, le front d’Arras est transmis au commandement britannique. Après avoir vu passer dans les rangs de l’armée française les Marocains, les Africains, les Polonais, les Tchèques, ce sont les Néo-Zélandais, les Australiens, les Canadiens, les Ecossais, les Chinois, qui passent par Arras. Le monde entier est venu dans l’Artois, c’est pourquoi il est important de prendre conscience de notre devoir de mémoire lorsque l’on sait que toutes les cultures du monde (maoris, aborigènes, amérindiens,…) ont foulés les pavés de notre ville et y ont laissés leurs vies pour nous.

Pour plus d’info, clique ici pour télécharger la brochure sur les Carrières de Welington disponible en Anglais et Francais.

Interventions auprès de la jeunesse arrageoise avant notre départ

AFP2i, centre de formation
Suite à plusieurs échanges avec Monsieur David Malbranque, en vue d’être nommés au «Trophés de la jeunesse» d’Arras, nous avons été sollicité pour intervenir auprès d’un centre de formation. C’est donc le vendredi 11 avril 2014 qu’Alex s’est rendu à l’AFP2i, à Arras, pour présenter notre aventure devant un public de jeunes, âgés entre 18 et 24 ans. Gwen ne pouvant pas répondre présente, Alex s’y est rendu seul. C’est avec plaisir qu’il a axé son discours sur la méthodologie de projets. Car cela pourrait aider ces jeunes dans l’élaboration de leurs propres projets. Nous sommes toujours restés à disposition pour toutes questions et nous leur avont souhaité la plus grande réussite !

Centres d’accueils jeunesses
Dans le cadre de notre partenariat avec la mairie d’Arras, nous sommes également intervenus auprès des accueils jeunesses d’Arras le mardi 15 avril 2014. Toujours dans un souci de bien faire nous étions un peu anxieux mais tout s’est déroulé à merveille. Des jeunes de différents accueils, motivés et engagés dans diverses actions, telles que la construction d’école en Afrique ont répondu présent. Nous avons pu leur expliquer notre projet et également comment nous allons rester en contact avec eux durant notre voyage.

Comment restons nous en contact avec les jeunes arrageois ?
Nous nous servons de la magie du web afin de rester en contact avec ces jeunes. Nous diffusons une news hebdomadaire (c’est notre fil rouge), le lundi, sur ce blog et notre page facebook, qui retrace notre semaine. Ensuite dans la mesure du possible (car nous n’avons pas toujours internet) nous ajoutons au blog des articles plus précis, avec plus de photos, etc. Chacun peut nous contacter de manière générale sur facebook, sur ce blog ou par mail. Nous faisons également des interventions skype.

Ces deux échanges ont été très enrichissants. Nous avons pu expliquer pourquoi nous avons décidé de mener un tel projet et surtout comment. Car nous pensons qu’il est important de dire à ces jeunes qu’ils ne sont pas seuls pour réaliser leurs projets. Le message que nous voulons leur transmettre est: qu‘il est possible de réaliser ces rêves ! C’est pour cela nous avons pris une citation d’Oscar Wilde qui nous suit partout sur nos supports de communication : “Il est important d’avoir des rêves assez grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu’on les poursuit”

En se donnant les moyens il est tout à fait possible d’atteindre les objectifs que nous nous fixons. Et surtout nous pensons qu‘il est important de dire aux jeunes qu’il existe des aides financières et il y a des personnes capables de les accompagner dans leur projet. Ces personnes sont là pour les aider (CLAP, 16-30 ans d’actions, leur mairie etc.)

Pour plus d’info sur notre lien le conseil de jeunes d’Arras retrouvez l’article de l’ANACEJ (Association Nationale des Conseils d’Enfants et de Jeunes) ici.

Un suivi régulier a donc été fait avec les encadrants des accueils et les différentes équipes de la mairie. Au programme : bonne volonté, engagement et méthodologie de projet, ont permis de créer l’appel à projet OSEZ 14-18 qui a recompensé Sofia Haddach lycéenne de l’établissement Robespierre d’Arras. Sofia nous a donc rejoint 10 jours en Australie. Découvrez en plus sur l’action OSEZ14-18 dans la rubrique dédiée ici.