Darwin et ses alentours – Novembre 2014

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bienvenue à Darwin ! Avec ses 140 000 habitants Darwin reste une petite ville, mais elle est tout de même la capitale du Territoire du Nord (Northern Territory). Et pas n’importe quelle capitale s’il vous plait… C’est la seule capitale tropicale de l’Australie !

Le climat tropical dans lequel baigne Darwin fait son plus grand attrait autant que son principal défaut. Ici, l’année n’est pas divisée en quatre saisons comme dans les zones tempérées dont nous avons l’habitude. Ici l’année est divisée en deux saisons : la saison sèche, le « Dry », et saison humide, le « Wet » .

En ce qui nous concerne nous sommes arrivés durant le mois de Novembre. Ce qui signifie ici le début de la saison des pluies… En effet, en octobre, la chaleur monte d’un cran et les averses deviennent plus fréquentes. La saison humide s’étend de novembre à avril, une période de mousson durant laquelle des pluies diluviennes inondent la région et coupent régulièrement la circulation. Mais le « Wet »  est aussi synonyme de renouveau pour l’écosystème local : rivières et cascades sont rechargées, étanchant la soif d’une végétation quasi déshydratée.

Il règne donc à Darwin une ambiance de détente caractéristique des tropiques. Un monde où la nature passe la 5ème tandis que les humains semblent vivre au ralenti ! Et oui, avec une chaleur intense et extrêmement humide il est tout simplement difficile de vivre… Rien que de faire un pas devant l’autre relève du défi !

Nous avons donc profité de ces chaleurs pour passer nos journées au lagon artificiel ! Et oui, vous avez bien entendu… Si la baignade demeure un loisir populaire à Darwin, chaleur, ciel et eaux bleus oblige, elle est néanmoins fortement déconseillée lors de la saison humide, qui coïncide avec l’apparition de méduses mortelles. Tout au long de l’année, il faudra également se cantonner aux plages sûres, sécurisées et délimitées par des filets car les crocodiles de mer, les « Salties », habitent les côtes tropicales du continent. Quoiqu’il en soit les vagues artificielles du lagon nous ont tout de même permis de nous amuser comme des petits fous !

Pour se rafraichir aussi, rien de tel que la bibliothèque du parlement, « Library Parlement House ». Un magnifique bâtiment où règne le calme et l’air climatisé !!

Le lendemain de notre arrivée nous avons également retrouvé nos deux compères, Paulo et Arianna ! Ce couple de backpackers rencontré dans le WA, et avec qui nous avions fait un bout de chemin ensemble, venait également de poser bagages à Darwin !

Soirées mémorables garanties aux abords de la Mitchell Street, rue renommée pour être comme la rue « la rue de la soif ». On y trouve de nombreux bars et discothèques. Une rue idéale pour faire la fête. Ensemble nous avons également participé à une course de Bernards l’Hermite !! Et devinez quoi ? C’est Alexis qui a gagné 1,25L de bière !

Nous avons également passé de bons moments à East Point. C’est l’endroit où tous les backpackers qui sont à Darwin, et qui voyagent en van, se rendent pour dormir. C’est un petit parc au bord de l’eau avec deux parkings rempli de vans et de backpackers venant de partout.

Une fois la nuit tombée cela commence à s’animer, entre les guitares et autres instruments, c’est un endroit agréable où il est bon de refaire le monde autour d’un verre.

Darwin a la plus forte proportion d’aborigènes de toutes les capitales australiennes. Malheureusement aujourd’hui la plupart d’entre eux qui vivent dans les grandes villes sont à la rues et, majoritairement, alcooliques et drogués… Cependant il nous semblait important d’en découvrir plus sur cette culture touchante ! Par faute de pouvoir se rendre dans une communauté aborigène c’est au Museum and Art Gallery of the Northern Territory de Darwin que nous nous sommes donnés rendez-vous pour en savoir d’avantage sur ce peuple.

Et oui, l’aspect culturel de Darwin se découvre aussi tout au long de l’année dans les salles du MAGNT (entrée gratuite !). En plus d’y voir une des plus belles collections d’art aborigène d’Australie, le musée vous propose d’en savoir d’avantage sur la géologie, le climat, la faune et la flore du Territoire du Nord. L’histoire de Darwin y est également retracée grâce à une salle dédiée au passage du cyclone Tracy. Et n’oublions pas le « Sweetheart » , cet énorme crocodile empaillé qui trône maintenant fièrement dans les couloirs du musée !

En 1974, le cyclone Tracy, sans doute l’intempérie la plus légendaire du pays, frappe le jour de Noël et détruit les trois quarts de la ville. Le cyclone fait une soixantaine de morts, et sur les 43.000 habitants de la ville, plus de 30.000 sont évacués d’urgence des ruines.

Pour finir nous avons arpentés les allées du Parap Market, un marché qui mélange influences indo-asiatiques et australiennes. Les didjeridoos, peintures aborigènes et produits en cuir de crocodile y côtoient les étals des cuisiniers malaysiens, sri lankais ou thaïlandais. Un avant gout de ce qui nous attend en Indonésie !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s